La compagnie des tropes au service de la transmission de L’Art Oratoire

Nous sommes convaincus que la transmission de nos pratiques artistiques est un élément de construction individuelle et collective qui permet, entre autres, de faire société, d’innover. 

L’art éveille la curiosité, nous apprend des choses sur l’autre, sur nous-mêmes, parle à notre conscience, à notre humanité, révèle notre personnalité. 

 

Déjà, nous, artistes transmettons l’art dramatique et ses différentes formes. Art complet qui mobilise différents mécanismes : la corporalité, les émotions, la voix, la diction, le goût des mots, la conscience de soi, de l’autre, l’écoute, la présence, l’acte de représentation, l’intelligence, la ruse, la lecture, la compréhension d’un texte, d’une consigne, l’apprentissage, la mémoire, la curiosité littéraire, philosophique…

Déjà, nous l’utilisons pour sa raison première : l’interprétation orale et incarnée d’une oeuvre écrite. Une machine à raconter une histoire, une pensée, un regard.

Déjà, nous savons, implicitement, qu’il est la boîte à outils de la prise de parole en public, que depuis l’Antiquité il en était le tuteur (Cyrille Delhaye en parle très bien quand il cite Démosthène). Bien d’autres exemples, plus contemporains, montrent à quel point la technique théâtrale et la conscience respiratoire sont les bases pour avoir une bonne élocution et une bonne oralité.

Alors, quand le ministère de l’Education Nationale a programmé sa grande réforme sur l’oralité, dont cette épreuve du “Grand Oral”, il était évident que nous, artistes dramatiques, devions contribuer à cette mise en place . 

Nous sommes, en un sens, les plus aptes, en co-construction, à mettre nos compétences aux services de la jeunesse apprenante et de ces adultes en devenir. Si la finalité pour les élèves n’est pas de jouer un spectacle, elle reste proche de l’art du monologue, de l’éloquence d’un Cyrano. Si nos savoirs ne peuvent pas aider l’élève dans la construction de son argumentaire, ils pourront, en complémentarité, l’aider à trouver en lui les moyens, les forces et le plaisir nécessaires pour le présenter devant un auditoire.

Alors, quand, ayant eu des échos de notre travail auprès des lycéens depuis 5 ans, le Rectorat de Versailles a fait appel à nos service en mars 2020 pour former certains professeurs du bassin de Nanterre, nous avons trouvé une légitimité académique. Nous avons affirmé notre volonté de transmettre de bons outils aux élèves au travers d’un savoir-faire et d’une qualité pédagogique qui se veulent plus aiguisés, plus généreux que de s’emparer, avec opportunisme, d’une nouvelle réforme créant un nouveau marché.

Voilà de nombreuses années que, sans y mettre le mot “art oratoire”, nos deux compagnies transmettent le socle technique nécessaire à cette pratique. C’est ensemble que, vous, le professeur, vous, le proviseur, vous tous, l’équipe pédagogique, et nous, les artistes, construirons des conditions de réussite simples, légères et efficaces qui permettront d’accompagner au mieux vos élèves dans leur montée de compétences, et vos établissements dans la mise en place de ces enseignements.

Nos ateliers d'art oratoire

La co-construction faisant partie intégrante de notre projet de transmission, nos partenaires font généralement appel à nous pour créer des propositions sur-mesure. 

Voici une liste,non exhaustive, d’offres d’ateliers. 

A la suite de ce chapitre, nous en détaillerons seulement quatre, celles qui sont les plus demandées. Pour les autres, nous vous invitons à nous contacter.

 

  • Les amuse-bouches théâtraux : une initiation et une dégustation sensitive de la pratique théâtrale. Approcher les grands textes et l’écriture dramaturgique sous un angle différent, en mettant en bouche et en corporalité le texte. Entrevoir de manière dynamique et sensible les enjeux de la pensée du personnage, du narrateur : ses émotions, son langage corporel, ses raisons de parler. Sensibiliser les élèves sur l’importance de la diction. (lien)

 

  • Le mouvement des émotions : découvrir le chemin physique des émotions et jouer avec pour mieux les appréhender, les apprivoiser. (lien)

 

  • Travail de création théâtrale et troubles de l’apprentissage : apprendre autrement, surmonter ses difficultés, les dépasser par le ludisme du théâtre, ses outils, par la bienveillance ou par la dynamique de projet qui augmente l’estime de soi.   NOUS CONTACTER

 

  • S’essayer au grand oral : Coaching technique de l’exposé : la respiration, la diction, le regard, la sincérité, la gestion de l’imprévu. NOUS CONTACTER


  • des ateliers sur mesure : art dramatique, fables de La Fontaine, poésie,  improvisation, art du clown,  commedia dell’arte, masque neutre, etc…. Ils sont classiques dans leurs formes, mais sont repensés pour répondre à l’objectif qui est de doter les élèves de techniques leur permettant de réussir leurs épreuves d’oralité et leurs prises de parole en général. NOUS CONTACTER

 

  • Les outils dramatiques au service de l’Art Oratoire dédiés aux professionnels de l’éducation. (lien)

 

 

  • À la découverte de son instrument de joueur, d’orateur : un travail sur le corps, la voix, les émotions et une recherche du moteur de sa propre parole. 

 

  • Philosophie et Art Oratoire : Trois temps : un atelier de pratique théâtrale, suivi d’un atelier de philosophie et enfin un atelier pour exposer oralement son positionnement et répondre aux questions d’un auditoire. 

 

  • Les fables de La Fontaine : Appréhender une technique classique du comédien pour apprendre à transmettre un message clair et engagé. 

 

  • Prise de parole en public: Atelier avec comme spécificités la technique classique de théâtre, la lecture à voix haute, le jeu face caméra pour mieux appréhender sa prise de parole, pour mieux faire passer son message.

 

  •  Prise de parole en public et leadership au féminin :  Co-animé par une consultante en management, cet atelier accompagne les femmes dans une pratique de joueuses-oratrices, dans un questionnement psychosocial sur leurs positionnements en situations professionnelles et dans le but d’affirmer leurs compétences dans un environnement majoritairement masculin. Loin d’une approche militante, ici, il s’agit d’offrir des outils à la compréhension de son milieu (autour de cas pratiques) et d’acquérir une meilleure aisance à l’oral.  

 

  • Crieur public : prendre la parole dans l’espace public, susciter l’attention, se faire entendre, être écouté. 
  • Jouer avec la voix : découvrir et apprivoiser son instrument vocal, ses caisses de résonance, ses sons, ses moteurs, dépasser ses pudeurs, s’amuser à “vocaliser”.